le journal du gloppeur

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - nucléaire

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, juin 21 2011

à quoi bon subventionner les énergies renouvelables ?

l'industrie aéronautique et le secteur aérien ont connu une croissance importante depuis le début du 20e siècle. grâce ou à cause de la générosité de l'Etat et des collectivités : exonération de taxe sur le kérozène pour les compagnies aériennes, subventions de fonctionnement et d'investissement pour le maintien de l'activité aéroportuaire, subventions d'exploitation pour l'ouverture ou le maintien de lignes aériennes, etc. Et si ça ne suffit pas à équilibrer les comptes, on fait comme le Conseil général de la Marne et on allonge près de 10M€ supplémentaires en 2011.
généralement, il est admis que la collectivité doit soutenir financièrement les activités émergentes pour assurer leur "décollage". le problème, c'est que le secteur qui bénéficie d'un avantage fiscal fait pression pour que les aides soient pérennisées et il est politiquement plus facile de voter le maintien d'une aide que sa suppression..

[sans transition] c'est ce qui m'incite à penser qu'on doit être particulièrement attentif à la gestion des finances publiques. prenons l'exemple de la filière photovoltaïque. elle est soutenue fiscalement (via un crédit d'impot) et bénéficie également d'un tarif de rachat attractif permettant de relever le taux de rendement de l'investissement. quand le gouvernement décide de réduire la voilure des aides à cette filière, on entend les cris du lobby du solaire. évidemment, cette décision va ralentir sérieusement le développement de la filière. en fait je m'interroge sur l'intérêt de subventionner le solaire par exemple quand on subventionne aussi l'éolien et plus largement encore le nucléaire.
  • subventionner davantage le nucléaire que les renouvelables, c'est lui fournir un avantage en réduisant son prix relatif.
  • subventionner également les différentes filières, ne fournit d'avantage évident à aucune mais réduit artificiellement le prix de l'énergie et donc l'intérêt de réaliser des économies d'énergie.
alors au final, est ce qu'on n'aurait pas plutôt intérêt à relever fortement les prix relatifs de l'énergie nucléaire et des énergies fossiles - par la taxation ou l'instauration de quotas négociables - en vue de leur sortie progressive.. et de réévaluer dans la foulée l'utilité de subventionner les énergies renouvelables ?..

jeudi, décembre 3 2009

urgence climatique - quand Mélenchon brille il faut le dire

il y a 2/3 jours, j'ai reçu de plusieurs personnes un communiqué du Réseau SdN demandant "aux eurodéputés d'Europe écologie de revenir sur leur vote en faveur d'une résolution favorable au nucléaire". certains mails et articles allaient jusqu'à mentionner le fait que Jean-Luc Mélenchon s'était - lui - opposé au vote de cette résolution. depuis, un article est paru depuis sur le site des europarlementaires EE afin d'exposer les raisons de leur vote.

c'est facile d'accuser les écologistes de retourner leur veste et ainsi de démolir une réputation acquise depuis longtemps sur le terrain, dans les manifs, dans les assos comme au sein des V. c'est facile, ça coûte pas grand chose et ça peut rapporter des voix. le NPA et le PdG qui ne font pas dans la dentelle n'ont pas tardé à diffuser à donf' sur internet sans plus d'information.

si le vote du groupe V/ALE fait débat (culture du compromis ou culture de la contestation ?), il a au moins le mérite d'être mis sur la table et expliqué. ce n'est pas le cas de Mélenchon qui se vante sur son blog d'avoir voté contre l'adoption de cette résolution alors que quelques minutes plus tôt, il refusait de voir la filière nucléaire exclue du Mécanisme de développement propre. d'un côté la transparence et la responsabilité, de l'autre l'incohérence et l'opacité..

oh, je sais ce que vous allez dire, je suis méchant avec Mélenchon. bon, c'est vrai que je l'apprécie peu mais je peux aussi reconnaître qu'il est capable porter des propositions intéressantes.

tenez, le jour même du vote sur la résolution sur le Sommet de Copenhague, il déclarait dans le cadre du débat parlementaire :

La vraie solution réside dans la création d'un service public européen des transports aériens.

intéressant.. vous ne trouvez pas ? ;-)

lundi, mai 7 2007

le changement se prépare aujourd'hui

hier et avec un peu plus de 53% des suffrages, Nicolas Sarkozy a largement remporté la présidence de la république. sans grande surprise pour ma part, même si ça fait l'effet d'un électrochoc. on sait que ça arrive et pourtant on est frappé par ce coup dur.

on va vivre cinq ans pas très rigolos ensemble. et quand je dis ça, je pense à l'exclusion des pauvres du système des soins avec l'instauration d'une franchise, je pense à l'expulsion des sans-papiers qui risquent la prison ou la mort une fois jetés hors de France, je pense au contrôle des média, à la répression des familles dont les enfants pratiquent l'école buissonnière, à la relance de la filière nucléaire, au développement des cultures ogm en plein champ. mais je pense aussi au renforcement du bilatéralisme dans les relations internationales et à son lot de pressions exercées sur des gouvernements où les forces démocratiques sont fragiles. je pense au retour du conservatisme et de l'ordre moral, au recul de nos libertés.

et malgré cela, nous ne devons pas baisser les bras. au contraire, il faut rénover la politique française mais cela ne sera possible que si l'on fait un travail de rénovation de nos partis respectifs. demain nous aurons besoin d'un centre autonome, de sociaux-démocrates qui s'assument et - surtout - d'un parti écolo refondé pour réformer durablement notre pays.

alors engageons-nous, limitons la casse aux législatives. et quelqu'en soit l'issue, préparons notre retour !

lundi, novembre 27 2006

les éoliennes comme solution ?

je réagis à C dans l'air qui consacrait le sujet du 24/11 aux éoliennes. j'avoue, je n'ai pas pu m'empêcher de râler en écoutant les intervenants.

Lire la suite...